vendredi 30 septembre 2016

Association Auguste Le Sourd

En 1893, à l'initiative de Paul d'Albigny, directeur de l'Imprimerie Centrale de l'Ardèche, à Privas, la « Revue historique, archéologique, littéraire et pittoresque du Vivarais » ou « Revue du Vivarais » était fondée.

Contrairement à la plupart des bulletins de ce genre, la « Revue du Vivarais » n'était pas l'organe de quelque académie, société savante ou cercle littéraire.

Elle appartenait à l'Imprimerie centrale qui l'éditait et, bien que « publiée avec le concours d'un groupe d'écrivains ardéchois », ne relevait au plan éditorial que du seul directeur de la publication.

Le changement de propriétaire, en 1911, lorsqu'Auguste Le SOURD racheta la Revue à la suite de la liquidation de l'Imprimerie Centrale, ne corrigea pas totalement cette situation. [lire la suite]

La Revue du Vivarais

Fondée en 1893, la Revue du Vivarais est le plus ancien des périodiques qui se consacrent à l’étude du passé en Ardèche. Elle a tout de suite bénéficié de la collaboration des historiens et écrivains ardéchois les plus éminents : Paul d’Albigny, Benoît d’Entrevaux, Albin Mazon, le vicomte de Montravel, Charles du Besset, Firmin Boissin, Auguste Le Sourd, Jean de La Laurencie, l’abbé Roche, Jean Régné, Henri Vaschalde, Louis Pize, Charles Forot, Jean Messié, Élie Reynier, pour ne citer qu’eux, lui ont successivement apporté leur concours.

À ces auteurs d’hier s’ajoutent tous ceux qui, aujourd’hui, continuent leur œuvre : érudits, gens de lettres, historiens, universitaires, ils continuent à faire de la Revue, pour reprendre l’expression d’Albin Mazon (alias le docteur Francus), une « encyclopédie de l’Ardèche qui va se faisant et se perfectionnant graduellement ». [lire la suite]